Reviews

“The firmly eloquent violin of Javier Lupiáñez”

Luca Da Re, Gramophone

“Francisco Javier Lupiáñez possède un jeu diabolique, quelque part entre Paganini et Méphistophélès. Son archet déploie tous les motifs de la séduction : rubatos enjôleurs, glissandos imperceptibles, rythmes ensorceleurs… Ces audaces esthétiques s’appuient sur une technique impeccable”

Francisco Javier Lupiáñez met une technique parfaitement maîtrisée au service d’une expression achevée.”

Pierre-Carl Langlais, Qbuz

“Les Esprits Animaux donnaient un remarquable concert en la Tour Dauphine. Les jeunes instrumentistes (parmi lesquels on distingue le violon virtuose et goûteux de Francisco Javier Lupiañez)”

Emmanuelle Pesqué, ODB-Opéra

“au brilliant Javier Lupianez”

Roger-Claude Travers, Diapason, Sep. 2016

“Etwas Besseres kann einem Konzertpublikum nicht passieren”

(Nothing better can happen to an audience)

Jens Wortmann, Kulturbüro Göttingen 

“Lupiáñez combines a fine bowing arm with some nifty fingerwork, seemingly undaunted by the technical challenges”

Early Music Review (2018)

“Lupiáñez proves himself master not only of the more virtuosic demands of the music but of also producing a warm, expressive cantabile, while he receives splendid support from Inés Salinas (cello) and Patricia Vintém (harpsichord).” 

Brian Robins, Early Music Review

“La connaissance indéniable que Javier Lupiáñez a de ce répertoire lui permet une liberté et une autorité remarquables dans son approche : agile, créatif, inspiré, il fait magnifiquement goûter les milles saveurs de ces partitions qui, vues sur leurs deux pentagrammes, cachent souvent leurs mystères. Ses complices de Scaramuccia – Inés Salinas au violoncelle et Patricia Vintem au clavecin – l’accompagnent avec énergie, fantaisie et finesse.”

Olivier Fourés, Diapason, March, 2021

“Retrouvée en 2015 dans le dénommé Cabinet II de l’Etat de Saxe, cette série de pièces avait été rassemblée soigneusement par Pisendel, son élève, virtuose de l’orchestre de Dresde. Rien de bien nouveau dans ces œuvres si ce n’est l’interprétation remarquable de l’ensemble Scarumuccia et le magnifique son du soliste Javier Lupianez jouant un violon hollandais de 1682. Les sonates pour violon sont accompagnées avec talent par le continuo, le théorbe au son grave ou le discret clavecin cristallin. En fait, la vedette de ce disque n’est peut être pas le Prêtre Roux, mais les musiciens.”

W.L. (Ledisquaire)

“Le programme des «nuove Sonate» pour violon interprétées brillamment par Javier Lupiáñez”

Studi Vivaldiani 2016

“Die verschiedenen Kompositionen werden mit musikantischer Frische und Versiertheit sowie einer mitreißenden Technik dargeboten. Die Musiker von ‘Scaramuccia’, allen voran der Geiger Javier Lupianez, spielen dabei mit einer kraftvollen Gestik auf. Die vielen effektvollen Details der Partitur werden mit Raffinesse herausgearbeitet und mit großem Engagement ausgeführt. Fresh and vivid performances in a natural lifelike sound quality.”

Pizzicato, 11 Nov. 2018